SOMMAIRE COMPLET

du 10 décembre 2019  n°2113

 
 

 
 
 


 
 

IntegralText, la documentation juridique en ligne de la Lettre du Maire

Un élu doit rembourser à la collectivité la valeur réelle des avantages dont il a indûment bénéficié

La lettre du Maire n° 1705 du 1 février 2011

A la suite de l’annulation de délibérations du conseil régional de Rhône-Alpes permettant à son président de bénéficier d’un logement de fonction et de personnel de maison, la région a émis un titre exécutoire à l’encontre de son ancien président, et ce afin d’obtenir le paiement de la contrepartie en argent des avantages en nature dont il avait bénéficié illégalement (cf. arrêt du Conseil d’Etat du 27 juillet 2005, confirmant l’arrêt de la cour administrative d’appel de Lyon du 10 juillet 2003). Saisi à nouveau d’un contentieux, le Conseil d’Etat a confirmé qu’eu égard à la nature des liens entre un élu et une collectivité locale, l’action en paiement de la collectivité contre cet élu, pour se faire rembourser des avantages dont il avait illégalement bénéficié à l’occasion de ses fonctions, n’est pas soumise à prescription quinquennale. Enfin, dans cette affaire, le Conseil d’Etat confirme que la région était fondée à réclamer à l’élu la valeur réelle des avantages dont il avait indûment bénéficié. Arrêt du Conseil d’Etat n° 317427 du 20 octobre 2010.


En cliquant sur ce lien de référence situé en bas de l'article, vous accédez au contenu intégral du texte juridique ou réglementaire (voir ci-dessous) :




La documentation de la lettre du Maire


Le texte dans son intégralité :

Vu le pourvoi sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 20 juin et 22 septembre 2008 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, présentés pour M. Charles A, demeurant ... ; M. A demande au Conseil d’Etat :

    1°) d’annuler l’arrêt du 8 avril 2008 par lequel la cour administrative d’appel de Lyon a rejeté sa requête dirigée contre le jugement du 1er juillet 2005 du tribunal administratif de Lyon rejetant ses conclusions tendant à la décharge des sommes de 234 206,84 euros et 91 904,01 euros mises à sa charge par deux titres de perception émis le 26 août 2003 par le président du conseil régional de Rhône-Alpes ;

    2°) réglant l’affaire au fond, de faire droit à son appel ;

    3°) de mettre à la charge de la région Rhône-Alpes la somme de 3 500 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu le code civil ;

Vu le code général des collectivités territoriales ;

Vu le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de M. Xavier Domino, Maître des Requêtes,
- les observations de la SCP Baraduc, Duhamel, avocat de M. A et de la SCP Nicolaÿ, de Lanouvelle, Hannotin, avocat de la région Rhône-Alpes,
- les conclusions de M. Edouard Geffray, rapporteur public ;

La parole ayant été à nouveau donnée à la SCP Baraduc, Duhamel, avocat de M. A et à la SCP Nicolaÿ, de Lanouvelle, Hannotin, avocat de la région Rhône-Alpes ;

    Considérant qu’il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que, par deux jugements du 26 juin 2001, le tribunal administratif de Lyon a, à la demande de M. Tête, annulé la délibération du 10 février 1989 par laquelle le bureau du conseil régional de Rhône-Alpes a autorisé le président de la région, M. Charles A, à signer au nom de la région un bail portant sur un logement destiné à lui servir d’appartement de fonction, la décision du président de la région de signer ce bail, ainsi que la délibération du 24 novembre 1989 par laquelle le bureau a autorisé le président du conseil régional à bénéficier d’un logement de fonction par nécessité absolue de service, au motif que l’avantage ainsi consenti à M. A était sans fondement légal ; que, par un troisième jugement du même jour, le tribunal administratif a rejeté la demande de M. Tête dirigée contre la délibération du 28 juillet 1995 de la commission permanente du conseil régional en ce qu’elle avait pour objet la mise à disposition de personnel de maison au profit de M. A ; que, par un jugement du 19 mars 2002, le tribunal administratif de Lyon a rejeté les demandes en tierce opposition de M. A tendant à ce que soient déclarés non avenus les deux premiers jugements du 26 juin 2001 ; que, par ailleurs, par un premier arrêt du 10 juillet 2003, la cour administrative d’appel de Lyon a annulé le troisième jugement du 26 juin 2001 du tribunal administratif de Lyon mentionné ci-dessus, en tant qu’il a rejeté les conclusions tendant à l’annulation de la délibération de la commission permanente du conseil régional du 28 juillet 1995, et annulé, comme dépourvue de tout fondement légal, cette délibération en ce qu’elle avait pour objet la mise à disposition de personnel de maison au profit de M. A ; qu’en outre, par deux arrêts des 10 juillet 2003 et 6 juillet 2004, la cour administrative d’appel de Lyon a rejeté les conclusions en tierce opposition portées devant elle par M. A tendant à faire juger que les décisions de justice mentionnées ci-dessus, annulant les avantages attribués à l’ancien président de la région comme dépourvus de fondement légal, étaient nulles et non avenues ; qu’enfin, par deux titres exécutoires du 26 août 2003, la région Rhône-Alpes a réclamé à M. A le paiement de sommes de 234 206,84 et 91 904,01 euros aux fins de remboursement des avantages résultant de la mise à disposition d’un logement et de personnel de service ; que, par un jugement du 1er juillet 2005, le tribunal administratif de Lyon a rejeté les conclusions de M. A tendant à la décharge des sommes en cause ; que, par un arrêt du 8 avril 2008, contre lequel M. A se pourvoit en cassation, la cour administrative d’appel de Lyon a confirmé ce jugement ;

    Considérant, en premier lieu, qu’un état exécutoire doit indiquer les bases de liquidation de la créance pour le recouvrement de laquelle il a été émis ; qu’en jugeant que les titres qui étaient contestés devant elle satisfaisaient à cette exigence, après avoir relevé qu’ils étaient accompagnés d’états détaillant les différentes sommes réclamées par la région et alors même qu’ils mentionnaient des décisions juridictionnelles qui n’avaient pas été notifiées à l’intéressé, la cour a porté une appréciation souveraine sur les pièces du dossier qui lui était soumis exempte de dénaturation et n’a pas commis d’erreur de droit ;

    Considérant, en deuxième lieu, qu’aux termes de l’article 2277 du code civil, dans sa rédaction applicable au présent litige : Se prescrivent par cinq ans les actions en paiement : / Des salaires ; / Des arrérages des rentes perpétuelles et viagères et de ceux des pensions alimentaires /Des loyers et des fermages / Des intérêts des sommes prêtées, et généralement de tout ce qui est payable par année ou à des termes périodiques plus courts ; qu’eu égard à la nature des liens entre un élu et une collectivité territoriale, l’action en paiement d’une collectivité territoriale contre un élu de cette collectivité aux fins de remboursement par ce dernier des avantages dont il a, en dehors de tout fondement légal, irrégulièrement bénéficié au titre de ses fonctions, n’est pas au nombre de celles qui sont mentionnées à l’article 2277, alors même que cette collectivité aurait elle-même payé le prix de ces avantages à des tiers par année ou à des termes périodiques plus courts ; que, par suite, en jugeant que l’article 2277 du code civil ne faisait pas obstacle à la répétition des sommes litigieuses au-delà du délai de cinq ans prévu par cet article, la cour n’a pas commis d’erreur de droit ;

    Considérant, en troisième lieu, qu’en jugeant que la région était fondée à réclamer à M. A la valeur réelle des avantages dont il avait indûment bénéficié et que celui-ci n’établissait pas que ces avantages fussent d’un montant inférieur aux sommes acquittées par la région, la cour n’a pas commis d’erreur de droit ni dénaturé les faits qui lui étaient soumis ;

    Considérant que les dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soit mise à la charge de la région Rhône-Alpes, qui n’est pas la partie perdante dans la présente instance, la somme que demande M. A au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ; qu’il y a lieu, en revanche, de mettre à la charge de M. A la somme de 3 000 euros à verser à la région au même titre ;

Décide :

Article 1er : Le pourvoi de M. A est rejeté.

Article 2 : M. A versera à la région Rhône-Alpes la somme de 3 000 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Charles A et à la région Rhône-Alpes.

Copie en sera adressée pour information au ministre de l’intérieur, de l’outre-mer et des collectivités territoriales.

Référence : Arrêt du Conseil d’Etat n° 317427 du 20 octobre 2010.



La lettre du Maire no 1705 du 1er février 2011
Un élu doit rembourser à la collectivité la valeur réelle des avantages dont il a indûment bénéficié

De la même manière, vous trouverez à la fin du texte juridique, le lien avec l'article de la Lettre du Maire qui le commente.

 
 
 

Nouveau : première édition
Octobre 2019
  

Devoirs et déontologie des policiers municipaux

Jean-Philippe Vaudrey

- Maîtriser le code de déontologie des agents de police municipale

- Appliquer la bonne sanction disciplinaire

- Exécuter ses missions

- Agréments et retrait d’agréments des agents de police municipale

- Cumul d’activités et activités accessoires

- Réagir face aux outrages, rébellions et refus d’obtempérer

- La protection fonctionnelle des agents de police municipale

- Annexe : le code de déontologie

Un précis concret, utile et unique répondant aux interrogations quotidiennes des agents de police municipale, conçu pour les guider en toutes circonstances.

1 ère édition - octobre 2019
74 pages – ISBN : 2-905529-72-5
24,80 € TTC port compris

 

Mise à jour au 1er mars 2019  

La procédure disciplinaire dans la fonction publique territoriale

Francis Mallol, Kaira Bouderbali

- Les comportements répréhensibles et les fautes sanctionnables

- Quand et comment sanctionner ?

- Contrôles des sanctions et droits de la défense

- Maîtriser les notions de faute, d’insuffisance professionnelle et d’obligations de moralité

- Prévenir et répondre aux comportements : utilisation fautive d’internet, violation des principes de neutralité et laïcité, influence des sectes, harcèlements...

Indispensable pour maîtriser toutes les étapes de la procédure dans un domaine sensible

5 ème édition - mars 2019
432 pages – ISBN : 2-905529-69-5
65 € TTC port compris

 

Deuxième édition
Octobre 2019
  

Le guide pratique de la passation d’un marché à procédure adaptée

Ludovic Vigreux – Kévin Thuilliez

- Définir et estimer ses besoins,
- Choisir et pondérer les critères
- Maîtriser les règles de publicité
- Rédiger les pièces du marché
- Négocier avec les candidats et achever la procédure
- Les cas particuliers des achats inférieurs à 25 000 € et des marchés de maîtrise d’oeuvre.


Réussir la passation d'un MAPA répondant aux besoins de la collectivité dans le respect des deniers publics.

En annexe, des documents types téléchargeables pour accompagner l'acheteur et sécuriser ses procédures.


2ème édition - octobre 2019
100 pages - ISBN : 2-905529-73-3
Prix : 49 euros/TTC, port compris
Version PDF : 35 euros/TTC.

 

Deuxième édition
Novembre 2019
  

Le guide pratique de l'exécution d’un marché à procédure adaptée

Ludovic Vigreux – Kévin Thuilliez

- Gestion de la sous-traitance
- Modifier les contrats en cours d’exécution
- Bien gérer les avances, acomptes, garanties, cessions de créances
- Agir lorsque le titulaire est en difficulté financière
- Mise en demeure et pénalités
- Réception et documents à fournir après l’exécution
- Résilier un marché
- Parfait achèvement et garantie décennale
- Le protocole transactionnel
- Archiver les marchés publics.


Des documents types téléchargeables sur le site des Editions Sorman. Pour accompagner l’acheteur et sécuriser les procédures.


2ème édition - novembre 2019
100 pages - ISBN : 2-905529-74-1
Prix : 48 euros/TTC, port compris
Version PDF : 34 euros/TTC.

 

Deuxième édition - juin 2019  

Le guide pratique des marchés de maîtrise d’œuvre

Ludovic Vigreux, Kevin Thuilliez

- Les dispositions réglementaires indispensables

- Les règles de passation : procédures adaptée, formalisée

- Phases de conception et de réalisation : les éléments de mission de maîtrise d’œuvre

- Les honoraires : primes, concours, forfait

- Passation du contrat de travaux et seuils de tolérance

- Engagements, responsabilités et contentieux

- Propriété intellectuelle.

Le guide s’enrichit de plusieurs documents téléchargeables sur le site des Editions Sorman pour faciliter et sécuriser les procédures.

2 ème édition - juin 2019
96 pages – ISBN : 2-905529-70-1
47 € TTC port compris
Version PDF : 33 € TTC

 

Nouvelle édition – mai 2018  

Protéger les chemins ruraux

Francis Pian

Au sommaire

- Définir un chemin rural, fixer son emprise ; les éléments constitutifs, la procédure de bornage

- Créer, incorporer, modifier un chemin rural

- Protéger et conserver les chemins ruraux : les pouvoirs du maire.

- Comment les entretenir ? Les obligations de la commune ; faire respecter les servitudes ; les travaux occasionnés

- La disparition des chemins ruraux : intégration dans le domaine public, vente, désaffectation, prescription acquisitive

- Quelles ressources leur consacrer ? les interventions des pouvoirs publics et du secteur privé, les taxes.

Des extraits des textes officiels, de jurisprudence, des modèles de délibérations et d’arrêtés complètent chaque chapitre.

3e édition - mai 2018
160 pages - ISBN : 2-905529-67-9
Prix : 39,50 euros/TTC, port compris

 

Première édition
Mars 2018
  

Le manuel de l’administrateur local

Francis Mallol

Au sommaire :
- Elaborer un acte administratif et assurer la sécurité juridique
- Identifier les autorités compétentes
- Associer le public et traiter efficacement ses demandes
- Motiver ses décisions
- Gérer les décisions implicites
- Eliminer les actes administratifs
- Répondre aux demandes de communication des documents administratifs
- Régler les différends ente l’administration locale et le public.

Un guide indispensable pour sécuriser ses décisions et le traitement de ses actes.
Un index alphabétique analytique facilite les recherches.


1ère édition - mars 2018
416 pages - ISBN : 2-905529-66-0
Prix : 69,50 euros/TTC, port compris

 

OFFRE DÉCOUVERTE

Bénéficier gratuitement d'informations exclusives sans engagement de votre part